Un milieu en constante évolution PDF Imprimer Envoyer

UN PEU D'HISTOIRE

La connaissance actuelle que l’on a sur la formation, le fonctionnement, l’organisation des sols est le fruit de plusieurs siècles d’études. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que la « véritable » science du sol connaisse une révolution avec les travaux de Dokoutchaev. En effet, alors que l’on pensait jusqu’alors que le sol était produit par l’activité agricole, ce géographe et géologue russe proposa de définir un sol comme la couverture située au-dessus de la roche, qui évolue sous l’action simultanée de divers facteurs (climatiques, biologiques…), très souvent indépendamment de l’action de l’homme. Il est le premier à supposer l’existence d’une distribution géographique des sols selon le climat et d’interactions entre le monde minéral et le non-minéral (le biologique).
Dokoutchaev est ainsi à l’origine de l’essor considérable de la science qui étudie la formation et l’évolution des sols ainsi que sa caractérisation et sa distribution dans l’espace : la pédologie. C’est donc une science relativement jeune.

 

FORMATION ET EVOLUTION

Le sol se forme à partir d'un matériau parental, le plus souvent une roche, qui, sous l’effet de différents facteurs, s’altère, se désagrège et contribue à former la composante minérale du sol. Le sol peut également se développer à partir de matériaux apportés par le vent (cas des limons et sables éoliens) ou l'eau (marais, terrasses alluviales...). Les organismes vivants contribuent à former le stock de matière organique.
Le sol est un système dynamique, qui évolue sans cesse sous l’effet de plusieurs facteurs en interaction. C’est ainsi que le climat, la végétation, le matériau parental, l’érosion (mécanique, chimique), l’hydrologie, le temps ou l’action de l’homme conditionnent le type de sol observé et sa durée de formation. Par exemple, un sol se développe d’autant plus rapidement qu’il se trouve sous un climat plus humide et plus chaud ou que la roche dont il provient est plus tendre et altérable.
Dans le contexte français, le climat détermine une évolution des sols peu marquée et assez lente car il est globalement tempéré. La roche mère a plus d’incidence car elle est très variée, pour preuve la diversité géologique que l’on trouve en Bretagne (granite, schiste, grès…). L’ensemble des processus de formation et d’évolution des sols est regroupé sous le terme pédogenèse.


QUELQUES CHIFFRES!

La formation d’un sol ne se déroule pas à échelle humaine mais demande du temps. C’est ainsi qu’« il faut plus d’un siècle […] pour élaborer un sol d’épaisseur égale à la largeur d’une feuille de format A4! [1]». En Bretagne, la profondeur des sols est en général inférieure à 2m alors qu’elle peut atteindre plusieurs dizaines de mètres dans les pays tropicaux !
Les temps de formation des sols varient de quelques milliers d’années, comme pour les sols des bordures des cours d’eau, à plusieurs millions d’années. Les sols issus de cuirasses ferrugineuses, dont certaines reliques sont observées dans le sud de l’Ille-et-Vilaine, en sont un exemple !

 

[1] Société suisse pour la Protection de l'Environnement, 1993. Les sols, faciles à perdre, difficiles à regagner.

Mise à jour le Mardi, 25 Octobre 2011 17:52